L’île aux paysages flamboyants 

Entre culture et nature, les Comores ont bien des choses à raconter. C’est sans aucun doute l’île au patrimoine le plus varié du trapèze des mascareignes. A 300 km des côtes africaines, l’”Union des Comores” de son vrai nom est une république fédérale d’Afrique australe. Un archipel au passé tumultueux qui a souffert de ses choix politiques pendant de nombreux siècles. Pourtant, les paysages et la faune des Comores est remarquable. L’archipel n’a rien à envier à ses voisines de l’Océan Indien.

Une faune et une flore remarquable

Incroyable refuge animalier, l’archipel abrite une vingtaine d’espèces qui lui sont propre. Faune terrestre comme sous-marine, laissez-vous émerveiller par une séance de plongée au coeur des Comores ou un safari en pleine montagne.

  • Le coelacanthe, impressionnant poisson des profondeurs souvent qualifié de “poisson-fossile ou de contemporain du dinosaure a des origines remontant à 370 millions d’années ! Le plus grand groupe de cet espèce vit aux Comores. Ils seraient près de 300.
  • La tortue marine ; plus particulièrement les tortues à écailles (ou tortues imbriquées) et tortues vertes, pondent leurs oeufs sur les ilôts des Comores. Ce sont deux des huit espèces de tortues marines existantes et leur survie est grandement menacée. Près de 80% de leur espèce a aujourd’hui disparu.
  • La chauve-souris géante, ou roussette de Livingstone, vit dans la forêt et peut atteindre jusqu’à 1,50 mètres ! Impressionnante, elle peut peser jusqu’à 800 kg mais se nourrit de fruits. Inoffensive, elle fait partie des espèces les plus menacées avec seulement 400 individus estimés.

Mais l’Union des Comores, c’est également vingt-deux espèces d’oiseaux uniquement présentes sur l’archipel ainsi que deux espèces rares de lémuriens. Au total, l’archipel compte 101 espèces d’oiseaux, 1 106 espèces d’insectes et 21 reptiles !

Petit paradis des botanistes, l’archipel est reconnu pour ses plantes enivrantes. Surnommée l’île aux parfums, laissez-vous envoûter par les odeurs de jasmin, de l’ylang-ylang (les Comores sont d’ailleurs le 1er pays exportateur de cette fleur appréciée pour ses nombreuses vertus), de vanille et de patchouli. Ça sent bon les vacances !

Traditions et coutumes comoriennes

Symbole de son histoire particulièrement riche,  Les Comores sont imprégnées d’influences arabes, indiennes, africaines, malgaches… Du vêtement traditionnel (lesso, chriromanie, kofia) aux rites de la vie quotidienne (prières, repas, etc) en passant par la cuisine, Les Comores sont au croisement de toutes les cultures. 

Sur l’île de Grande Comores, le mariage est l’événement le plus important de la vie. Seul le grand mariage, célébré entre deux individus d’un même village, est reconnu comme honorable. Il représente le dernier rite de passage à l’âge adulte et permet d’accéder à un rang plus élevé dans la hiérarchie sociale comorienne. Pourtant de religion musulmane, la société est matriarcale : la maison, construite par la famille, revient toujours à la femme mariée. Toutes les économies d’une vie sont prévues pour le mariage : c’est la raison principale de la grande précarité de l’île.

D’ailleurs, les comoriens aiment danser : sambé, chigoma, sjalico, toirabou : autant de danses traditionnelles qui fondent la culture de l’archipel !

La gastronomie y est succulente et faite avec des fruits et légumes locaux : de délicieux plats à base de riz, de manioc, de noix de coco et de bananes accompagneront votre séjour. Les spécialités comoriennes ? L’Anchar de Morue, le Tambi (Vermicelles à la comorienne) ou encore les ambrevades au coco sont à goûter au plus vite ! 

Le sport, c’est un véritable art de vivre aux Comores ! Les longues plages de sable blanc sont propices aux matchs de foot ensoleillés ! L’archipel organise d’ailleurs chaque année un tournoi de football inter-îles. L’occasion de fédérer un pays qui a longtemps été en désaccord. 

Un tourisme encore timide

Peu de visiteurs s’aventurent aux Comores, pour cause le peu d’infrastructures touristiques ayant investi l’archipel. Seulement 35 900 touristes l’ont visité en 2018. C’est bien moins que les 574 000 touristes accueillis à la Réunion cette même année… Les Comores sont parfois décrites comme un “géant touristique qui dort”. Pour profiter de la tranquillité des Comores, dépêchez-vous, ça ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir…

Si une partie du littoral comorien est envahi de lave noire dû au volcan Karthala toujours actif, quelques plages idylliques et désertes subsistent sur la Grande Comore et Mohéli. Les chanceux touristes ne pourront que rapporter la beauté de ses paysages plus verts que verts surplombant des plages de sables blancs sur lesquelles viennent s’échouer l’écume cristalline… Aux Comores, la végétation est tellement luxuriante que toute excursion dans les terres prend rapidement des airs d’expédition en terrain vierge. 

Programmez vite votre prochain séjour aux Comores ou découvrez les attractions touristiques des autres îles du trapèze des mascareignes :

Sources :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *