Un hameau de vie et de verdure en plein océan

Le trapèze des mascareignes présente une multitude d’espèces endémiques (nées sur l’une des îles et présentes uniquement sur celle-ci). Si Madagascar est la plus reconnue pour sa faune et flore dense et luxuriante, elle est loin d’être la seule à mériter son quart d’heure de gloire. 

Pourquoi tant d’espèces dans les îles du trapèze ?

Les fragmentations des masses continentales, les changements climatiques, la dérive de certaines îles, la modification de la topographie des îles au fil des années et l’absence de prédateurs ont contribué à la création d’écosystèmes uniques au sein du trapèze. Madagascar et l’île de la Réunion sont les 2 principaux foyers de biodiversité des mascareignes. 

Faune du trapèze des mascareignes

Faune de Madagascar : espèces endémiques

À Madagascar, l’endémicité est telle que plus de 2 espèces sur 3 visibles sur l’île le sont uniquement sur l’île. Pour un safari extraordinaire, c’est donc bien à Madagascar qu’il faut vous rendre ! Mais dépêchez-vous, près de 25% d’entre elles pourraient disparaître d’ici 2080, menacées par le changement climatique et la déforestation. 

  • Les caméléons sont rois à Madagascar : près de la moitié des 130 espèces connues à ce jour y vivent ! Le plus surprenant est probablement le caméléon panthère et ses belles couleurs vives.
  • Véritable icône, emblème de Madagascar, le lémurien et ses grands yeux ronds appartient à la famille des primates. Mais non, ce n’est pas une espèce de singe ! Ils sont plus d’une centaine d’espèces endémiques dans la Grande Île.
  • Beaucoup moins connu mais tout aussi impressionnant, le fossa descend de la mangouste. C’est le plus grand prédateur de Madagascar, se nourrissant de lémuriens et parfois de poules d’élevage… Autant dire qu’il n’y a pas de grand carnivore à craindre pour l’humain sur l’île rouge !
  • La fameuse tortue radiée mondialement connue est grandement menacée. Sa carapace noire rayée de beige est capturée pour être consommée et vendue comme animal domestique… Elle pourrait bien disparaître d’ici 2050.
  • Les Geckos, ces petits lézards qui se glissent partout, sont plusieurs espèces à être endémiques à Madagascar. C’est le cas des Phelsumas ou du gecko géant de Madagascar. 2000 espèces sont exportées chaque année et destinées à la domestication…
  • Peu connu, le pyguargue de Madagascar est un volatile ressemblant à un aigle, à la gorge striée de plumes rousses, pouvant mesurer jusqu’à 1,8 mètre avec les ailes déployées. Désormais très rare et menacé, les locaux la chasse pour exercer la médecine traditionnelle !

Mais ce n’est pas tout : l’île compte 294 espèces d’oiseaux dont 107 endémiques et 247 espèces d’amphibiens dont 245 endémiques. On ne va pas toutes les lister, mais si vous voulez en savoir plus, direction le blog diegosuarez tourisme

Faune de la Réunion : espèces endémiques

Autrefois peu peuplée en raison de la longue distance à parcourir depuis les continents, la Réunion concentre aujourd’hui une faune endémique principalement de petite taille (oiseaux, poissons, quelques insectes) et une faune importée souvent menaçante pour les espèces natives (rat, chat sauvage)… Peu de prédateurs dangereux pour l’Homme sur l’île, mais peut-être quelques uns dans les profondeurs sous-marines…

  • Oiseaux. Vous ne pourrez pas passer à côté des merveilleux oiseaux colorés qui pullulent sur l’île ! Tec Tec, Z’oiseau la vierge (ou Tchitrec des Mascareignes), tisserin, paille en queue, cardinal, tourterelle, papangue (ou busard de Maillard), Quéléa, veuve dominicaine mâle…
  • Poissons.  Plus de 1200 espèces de poissons vivent dans les lagons et récifs des eaux réunionnaises. Poissons demoiselles, poissons-perroquets, poissons-papillons, balistes, chirurgiens, une grande partie sont endémiques à l’île.
  • Insectes. La faune réunionnaise est riche en papillons (32 espèces de Papillons diurnes, 462 Papillons nocturnes) avec 40 % d’endémisme. On trouve également de nombreux coléoptères (environ 1500 : araignées, sauterelles et criquets, fourmis, termites, libellules, moustiques, scorpions, guêpes, abeilles, milles-pattes…
  • Reptiles. Lézards et geckos sont bien présents sur l’île mais ce sont probablement les tortues vertes et terrestres qui retiendront le plus votre attention. Peu nombreux sur l’île, ces espèces sont grandement menacées par les actions de l’Homme. Quelques serpents rampent sur les terres réunionnaises, principalement des couleuvres.
  • Mammifères. Le tangue (hérisson malgache), la musaraigne, le cerf ou, sous l’eau, baleines et dauphins peuplent l’île au célèbre volcan.

Lisez cet article pour tout savoir sur les espèces endémiques de l’île de la Réunion !

Faune de l’île Maurice : espèces endémiques

L’île Maurice est bien plus ancienne que la Réunion, c’est pourquoi la faune et la flore y était encore plus dense, jusqu’à l’effet néfaste de l’époque coloniale.Quelques espèces endémiques subsistent encore, bien que le fameux dodo de Maurice soit éteint depuis quelques années. C’est le cas du perroquet vert, de la crécerelle, du pigeon des mares ou encore d’espèces plus exotiques comme le Cardinal de Madagascar, la tourterelle, le boulboul ou le héron strié. La chauve-souris géante est incontournable !

Les forêts de l’île Maurice abritent de nombreux cerfs, singes et sangliers, importés lors des colonisations. Quant aux océans, ils sont peuplés de créatures marines fascinantes. Une séance de plongée vous permettra d’observer poules, poissons tropicaux et coraux aux belles couleurs vives. Si vous vous aventurez dans la baie de la Rivière Noire, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir des dauphins, cachalots, baleines et requins !

Faune de Mayotte et des Comores : espèces endémiques

Les comores sont principalement montagneuses, même si de belles plaines côtières bordent les montagnes. Proche de celle de Madagascar, la faune des Comores est dense et quelques espèces endémiques font la réputation de l’archipel : l’iguane des Comores et la roussette de Livingstone (plus que 400 espèces au monde) sont probablement les plus emblématiques ! L’archipel compte aussi 2 espèces de lémuriens notables : le lémur mongoz et le maki de Mayotte. Une centaine d’espèces d’oiseaux et quelques mille insectes sont recensés sur les îles comoriennes.

Côté créatures sous-marines, l’imposante barrière de corail entourant les Comores, en particulier Mayotte, offre un panorama grandiose. Le mythique et très rare cœlacanthe des Comores est une vraie légende. Surnommée le fossile vivant, ce poisson que l’on croyait disparu depuis plus de 70 millions d’années redécouvert en 1938.

Faune des Seychelles : espèces endémiques

Ce n’est pas pour rien que les Seychelles abritent “l’île aux Oiseaux” ! Les Seychelles abritent une grande variété d’espèces, dont 13 espèces d’amphibiens, 30 reptiles et 220 espèces d’oiseaux. Un total de quelques 7 millions d’oiseaux migrateurs ou sédentaires s’y réfugient chaque année ! Goélan, Sterne, héron… Moins fréquents, les oiseaux de forêt y sont tout aussi nombreux. Oiseau banane, effraie des clochers, veuve sont grandement menacés.

Endémiques à l’île, la petite grenouille des Seychelles se cache en forêt. Les imposantes tortues géantes, quant à elles, sont en voie de disparition sur l’île. Mais le crocodile a bel et bien disparu au 18ème siècle. Les seuls mammifères peuplant l’île sont les tangues et les roussettes.

En mer, vous pourrez observer les célèbres tortues marines, les bandes de dauphins et avec un peu de chance, les requins baleines.

Envie d’en savoir plus sur le trapèze des mascareignes et ses activités incontournables ? Découvrez la cuisine et gastronomie des mascareignes, les lieux incontournables, les sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO ou partez à la découverte des autres îles du trapèze

Sources :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *