Des spécialités culinaires à déguster sans modération…

Résultat de la diversité des colonies installées au fil des siècles, la gastronomie du trapèze des mascareignes est riche et variée. On y retrouve des influences indiennes, créoles, africaines mais plus surprenant encore, chinoises et européennes. Un brassage unique qui fait des spécialités de l’océan indien une cuisine reconnue dans le monde entier !

Une cuisine locale à base de produits frais

Dans le trapèze des mascareignes, le territoire divisé en îles ou îlots oblige, pour notre plus grand plaisir, la consommation locale. Si certains produits sont importés, leur coût d’importation depuis les continents fait vite monter la note. Et pourquoi consommer des produits importés quand on se rend sur une île riche de tant de saveurs naturelles au goût exquis ? L’océan Indien bordant les mascareignes regorge de poissons, fruits, légumes produits, pêchés, récoltés sur ces territoires paradisiaques.

Si certains aliments sont très consommés par les peuples de chacune des îles (c’est le cas du riz, l’indétrônable céréale utilisée comme base dans de nombreux plats, quelles que soient les nationalités), chaque île dispose de ses propres spécialités. Partons ensemble à la découverte de la cuisine du trapèze des mascareignes.

une spécialité réunionnaise du trapèze des mascareignes
Spécialité culinaire Réunionnaise

Cuisine, gastronomie, spécialités culinaires de Madagascar

Il paraît que les Malgaches sont les plus grands amateurs de riz au monde, avec une consommation jusqu’à 3 fois par jour ! On le retrouve même dans une boisson typique : le ranovola ou ranon’ampango, obtenue en faisant bouillir de l’eau avec des restes de riz, ou encore en version sucrée : le vary sosoa, un riz mou, se sert au petit déjeuner avec le restant d’eau de cuisson.

Les épices sont au coeur des plats malgaches : Gingembre, Muscade, gousses de vanille, poivre vert, curcuma, girofle… La diversité d’épices poussant sur l’île à la flore époustouflante offre de nombreuses possibilités culinaires. Le sakay est une pâte de piment qui accompagne les plats malgaches.

A Madagascar, les fruits et légumes sont excellents : papayes, mangues, fruits de la passion, pommes, poires, noix de coco dont on extrait le lait pour de nombreuses sauces… Les brèdes (feuilles vertes douces ou piquantes) se consomment sautées à l’ail et aux épices mais également en bouillon.

Quelques plats typiques malgaches : les rougails de saucisses ; le lasary (achard) ; le  hen’omby sy vary (riz à base de viande de zébu) ;  le akoho sy vary (un riz au poulet) ; le hazan-drano sy vary (un riz au poisson) ;  le henan-kisoa sy vary (riz à la viande de porc) ou encore le vary amin’ny anana (un riz à base de ces fameuses brèdes de feuilles). Le ravitoto est un ragoût de viande de porc mijoté avec du manioc doux haché et des oignons.

Côté boissons, le vin (mora-mora) et la bière de madagascar sont très appréciés.

Cuisine, gastronomie, spécialités culinaires de la Réunion

On ne peut pas parler de la cuisine réunionnaise sans aborder la célèbre vanille ! Emblème de l’île, on la retrouve en version sucrée comme salée tout comme le curcuma, l’anis étoilé, l’ail, la coriandre, le safran, le gingembre, la cannelle, les piments, le massalé… De quoi créer mille et une saveurs ! 

Le riz est également très présent dans la culture Réunionnaise, mais ce n’est pas la seule céréale consommée : la lentille jaune, ou dhall, est très appréciée tout comme le manioc, les brèdes et les légumes frais : chou, concombre, aubergine, margoze ou tomate…

Côté fruits, on y déguste de délicieux ananas, des cacahuètes, bananes, goyaves et combava, mangues, litchis, noix de coco, pitayas ou encore caramboles… Des fruits exotiques dont le succès dépasse l’océan indien : en france métropolitaine, ils envahissent parfois les supermarchés !

Les poissons frais (le capitaine, la daurade, le mérou, l’espadon, la morue, le perroquet ou encore le thon) sont au centre de la cuisine réunionnaise, même si la viande de porc, le boeuf et le poulet sont aussi cuisinés. On y mange aussi des crustacés : le poulpe ou zourite, le crabe et les crevettes agrémenteront vos plats ! 

Et pour accompagner tout ça, le rhum, arrangé ou pur, vieux ou jeune, ainsi que la bière bourbon locale sont des incontournables ! Santé !

Cuisine, gastronomie, spécialités culinaires de l’île Maurice

À Maurice, on aime beaucoup le poisson ! rouget, mulet gris, sacré chien, carangue, capitaine, thon, marlin ou encore langoustes et pieuvres font partie intégrante de l’alimentation mauricienne. 

Pour accompagner le tout, du riz bien sûr, mais également des lentilles jaunes et de nombreux légumes : aubergines (bringelles, fruit de l’arbre à pain, piment, brèdes, tomates, courgettes, papayes, ananas, cannes à sucre, pastèques et fruits de la passion…

Les spécialités de l’île Maurice sont accompagnées d’épices : ainsi, vous en retrouverez dans les fameux rougail, le satini coco (chutney à la coco), le vindaye, le byriani ou encore les nombreux caris et currys à base de viande et poisson.

On y sirote du rhum et de la bière évidemment, mais aussi de l’alooda, une boisson au lait avec du sirop de rose et de l’agar agar.

Cuisine, gastronomie, spécialités culinaires de Mayotte et des Comores

Aux Comores, les influences sont encore plus ancrées dans la culture de l’île. Les achards, chutneys, rougails mais aussi samoussas sont des spécialités locales venues du monde entier. 

En plus des traditionnels plats à base de riz et de viande ou poisson, les comoriens cuisinent des ragoûts dont le mataba, à base de feuilles de manioc, de viande/poisson et d’ail, le tout cuit dans du lait de coco. Ne quittez pas les Comores sans avoir testé le kakamoku, une soupe de poissons cuits agrémentée de tomates, citron et piment.

Les comoriens sont également de fins connaisseurs de sucré. Pour le goûter, dégustez un gulagula, un beignet comorien avec un thé traditionnel infusé d’écorces de cannelle ou de feuilles de citronnelle.

Proche de la cuisine comorienne dû à son histoire très liée, la cuisine de Mayotte dispose tout de même de quelques spécialités propres à l’île. On y retrouve les mêmes épices ; fruits et légumes à quelques exceptions près : le jaque, le sacoua, la citrouille, le chou ou encore le maïs grillé ou bouilli s’ajoutent à la liste des spécialités mahoraises.

Découvrez le bata bata, plat à base de bananes, de manioc et de fruits à pain bouillis avec de la viande pimentée ou les tchari ya manga, des achards de mangue, de papaye verte ou tamarin qui sauront faire danser vos papilles !

Cuisine, gastronomie, spécialités culinaires des Seychelles

La cuisine Seychelloise est parfois insolite, mais vaut le détour ! Vous ne pourrez pas passer à côté du cari de roussette (chauve-souris), une sorte de civet en version tropicale… Si cela ne vous tente vraiment pas, de nombreux poissons sont dégustés tout frais pêchés : la daurade, le capitaine, le bourgeois seront accompagnés d’une sauce pimentée typique.

Autre icône de la cuisine Seychelloise : sans surprise, le riz ! Mais d’autres racines et tubercules comme la patate douce ou le manioc sont cuisinées avec des épices exotiques (cardamome, cannelle, muscade, lait de coco) et herbes aromatiques. Goûtez donc à la “salade du milliardaire” à base de coeur de palmiers ou au « kat kat », un plat populaire à base de bananes vertes et de thon servi dans du lait de coco.

Pour finir sur une note sucrée, les fruits tropicaux de l’île, en salade, en tarte ou en mousse sont excellents !

Découvrez en détail les îles du trapèze des mascareignes ainsi que la faune impressionnante du trapèze à travers nos articles inédits !

Sources :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *